dimanche 11 novembre 2018

LA RICHESSE FINANCIÈRE EXISTE À MONTRÉAL EN 2018


LA RICHESSE FINANCIÈRE EXISTE À MONTRÉAL EN 2018... 
Par Bernard Bujold 
J’avais presque oublié que la richesse financière existe à Montréal! 
En effet, il fut une époque dans les années 1990-2000 où l’argent semblait être partout. 
Personnellement: je me promenais en hélicoptère; portait des cravates à 200$; participaient à une multitudes de soirées mondaines toute plus dispendieuses l’une que l’autre, et les projets d’entreprises ne semblaient avoir de limite que l’imagination ! Depuis 2010, personnellement comme beaucoup d’autres, j’ai pris un virage disons plus simplicité volontaire... Mais le monde a continué de tourner et même si plusieurs entreprises doivent se serrer la ceinture ou disparaître ( Bombardier, La Presse, Banque Laurentienne, etc) l’argent continue d’être présent à excès dans la société. 
J’en ai eu la preuve durant le weekend alors que je m’amusais à magasiner un manteau pour la prochaine saison d’hiver. Je voulais revenir à mon ancien style vestimentaire et m’acheter un manteau long en laine bleu foncé (style Donald Trump). 
J’ai commencé ma recherche à La Baie et j’ai trouvé pour environ 750$. J’ai continué ma marche chez Simons et un manteau comparable dans le style était offert à 350$. Je me suis dit que mon magasinage était profitable... J’ai donc décidé d’aller faire un tour chez Ogilvy qui est en rénovation et qui annonce des ventes... C’est là que j’ai eu mon retour dans le temps! J’ai trouvé le manteau parfait ( il y en avait plusieurs...) mais lorsque j’ai demandé le prix, j’ai eu le choc. Le manteau long de laine bleu foncé se vendait 5,350$! J’ai dit au vendeur que ce manteau convenait plus à un Donald Trump ce à quoi il m’a répondu du tac au tac: « Mais il vous convient à vous aussi... » me croyant probablement un riche retraité... 
J’ai remercié le vendeur et j’ai poursuivi ma marche pour finalement trouver l’aubaine, un magnifique manteau long bleu foncé quelques rues plus loin, au H&M... 
Mais la conclusion est que la richesse financière existe encore à Montréal en novembre 2018, s’il faut en croire l’offre des marchands de manteau! 
VOIR PHOTOS

samedi 10 novembre 2018

L'ARBRE DE NOËL 2018...


L'ARBRE DE NOËL 2018... 
Même si nous ne sommes qu'au début de novembre 2018, les Lutins du Père Noël sont venus faire une petite visite dans le Vieux Montréal et ils ont amené avec eux l'arbre de Noël... 
Vive les vaillants Lutins! 
VOIR ALBUM PHOTOS

vendredi 9 novembre 2018

DONALD TRUMP LE MATIN DU 9 NOVEMBRE 2016


DONALD TRUMP LE MATIN DU 9 NOVEMBRE 2016 
Par Bernard Bujold 
Il y a 2 ans, le matin du 9 novembre 2016, les citoyens américains et le monde entier se sont réveillés pour apprendre que le nouveau président des États-Unis était Donald J. Trump. C'était le début d'une nouvelle ère et d'un nouveau style en politique, le «non politiquement correct». 
Personnellement, j'avais prédit la victoire de Donald Trump au tout début de la course, en juin 2015, et j'étais très heureux du résultat. Le matin du 9 novembre 2016 a été, et est encore, pour moi l'arrivée d'une nouvelle belle journée! 
VOIR REPORTAGE

jeudi 8 novembre 2018

DONALD TRUMP VS JIM ACOSTA


DONALD TRUMP VS JIM ACOSTA 
Par Bernard Bujold
Un journaliste doit rapporter la nouvelle d'un événement qu'il observe et ne jamais devenir l'événement!
La Maison Blanche aurait dû enlever son accréditation à Jim Acosta depuis très longtemps car l'objectif de ce reporter est de provoquer la création d'un événement à partir de son comportement personnel. 
Au Canada et au Québec, un personnage comme Acosta ne serait jamais accrédité ni à La Tribune de la presse de Québec et ni à la Galerie de la presse à Ottawa! 
VOIR PHOTOS

mercredi 7 novembre 2018

ÉLECTIONS DE MI-MANDAT 2018 AUX ÉTATS-UNIS


ÉLECTIONS DE MI-MANDAT 2018 AUX ÉTATS-UNIS (6 NOVEMBRE) 
Par Bernard Bujold -
Pour le président Donald TRUMP, c'est le Sénat qu'il voulait protéger et il a gagné. 
Le Sénat est responsable de la confirmation des nominations et des projets de loi du Président. En outre, ce qui est important, toute tentative d'exiger la destitution par le Congrès sera bloquée par le Sénat, qui a le dernier mot sur toute proposition en ce sens de la part du Congrès. 
Donald Trump n'avait pas le temps de faire campagne pour les centaines de candidats au Congrès et il a choisi le Sénat. 
Un autre signe positif pour lui et son pouvoir de convaincre les électeurs est que tous les candidats au Sénat qu'il a appuyés et pour qui il a organisé des rassemblements ont remporté la victoire, y compris l'important siège de la Floride. De plus, tous les nouveaux sénateurs républicains élus seront fidèles à Donald, ce qui n'était pas le cas de l'ancien Sénat, comme le sénateur John McCain... 
Désormais, Donald pourra commencer sa campagne 2020 afin de remporter la prochaine élection présidentielle. 
En conclusion: les élections américaines à mi-mandat de 2018 ont été influencées par l'argent investis dans les campagnes, le message et le président Donald Trump. 
Après une soirée électorale tumultueuse, les démocrates ont eu mercredi matin l'un des gros prix qu'ils souhaitaient désespérément: contrôler la Chambre des représentants, mais les républicains pouvaient également se vanter en renforçant leur pouvoir sur l'autre prix: le Sénat américain. 
Maintenant, la prochaine course politique américaine, qui a déjà commencé, est pour l'élection présidentielle de 2020! Go Donald! Go! 
VOIR PHOTOS

BERNARD LANDRY (1937-2018)


BERNARD LANDRY (1937-2018) 
Par Bernard Bujold - 
Bernard Landry était un personnage sympathique et qui avait la politique dans l'âme! 
Je l'ai d'abord connu en 1977 alors que j'étais jeune journaliste à l'Assemblée nationale du Québec. C'était la belle époque de René Lévesque et Bernard Landry était reconnu comme l'un des bras droits du Premier ministre. Landry était aussi reconnu pour sa grande gentillesse et son sens de l'humour. 
J'ai recroisé le chemin de Bernard Landry vers la fin des années 1990 alors que j'étais l'adjoint du président fondateur de Quebecor, Pierre Péladeau. J'agissais souvent comme "messager" entre les deux hommes et Landry a toujours démontré une grande éthique et une grande politesse. Je me souviens d'un événement où j'avais proposé au Premier ministre d'aller le chercher à Québec pour le transporter à Sainte-Adèle à la résidence de Péladeau pour un événement mondain avec l'hélicoptère de Quebecor. Landry m'avait remercié de l'offre, mais il avait immédiatement refusé en me disant que le Québec avait les moyens de transporter son Premier ministre... Il m'avait aussi gentiment expliqué qu'il ne voulait surtout pas d'aucune façon se prêter à de possibles conflits d'intérêt! 
Malheureusement, notre relation s'est, pour ainsi dire, terminée en 2001 alors que j'avais obtenu un emploi au sein de son gouvernement et que quelques heures après mon entrée en fonction, la chef de cabinet pour qui je travaillais avait reçu un appel téléphonique de la part d'un haut dirigeant de Quebecor qui l'avisait que de me savoir au sein du gouvernement l'héritait profondément. Bernard Landry, à qui j'avais demandé d'intervenir pour calmer le jeu et me permettre de conserver mon emploi, a refusé de se placer entre les héritiers de Quebecor et moi, une connaissance qui était devenu plus ou moins un "has been" depuis le décès de Pierre Péladeau père. 
Ceci étant dit, je salue la carrière de Bernard Landry et j'aime conserver de lui comme souvenir la belle époque où je l'avais connu à Québec. 
VOIR PHOTOS

jeudi 1 novembre 2018

DONALD TRUMP ET MOZART


DONALD TRUMP ET MOZART... 
Par Bernard Bujold- 
Mon voisin de palier, qui est un intellectuel à ses heures, me demandait pourquoi j'étais plus ou moins préoccupé par les élections américaines du 6 novembre alors que je suis un fan affiché de Donald Tump. 
Pour moi, les élections de la mi-mandat sont comme des anecdotes du quotidien. 
Lorsque j'écoute la musique de Mozart, je ne m'intéresse pas nécessairement à la mécanique de l'orchestre qui joue la musique mais de l'entendre suffit à me réchauffer l'âme. 
Il en est ainsi avec Donald Trump. Pour moi, de savoir que Donald Trump existe dans le temps suffit pour me réconforter l'âme, un peu comme d'écouter la musique de Mozart. Mais je ne vis pas ma vie en fonction de chacun des gestes entourant Donald. 
Mon voisin a été "rasé au sol" par mon explication... 
Ce même voisin m'avait déjà demandé dans le passé à qui je m'identifiais dans l'entourage de Donald. Je lui avait répondu que s'il y avait un personnage qui me ressemble, d'une certaine façon, ce serait Steve Bannon mais je suis satisfait d'être moi, et je demeure fier de mon moi, ai-je répondu à mon voisin! 
Le voisin commence à me regarder comme une sorte d'intellectuel... 
www.lestudio1.com

mercredi 31 octobre 2018

JOYEUX HALLOWEEN 2018...


JOYEUX HALLOWEEN 2018 - 
Par Bernard Bujold- 
Halloween est une fête folklorique célébrée dans la soirée du 31 octobre, veille de la fête chrétienne de la Toussaint. La fête d'Halloween est introduite aux États-Unis et au Canada après l'arrivée massive d'émigrants irlandais et écossais à la suite de la Grande famine en Irlande (1845-1851) et elle y gagne en popularité à partir des années 1920. 
La tradition veut que les enfants se déguisent avec des costumes effrayants à l'image de fantômes, de sorcières, de monstres ou des vampires et aillent sonner aux portes en demandant des friandises: "Trick or treat!" ou en français: « des bonbons ou un sort ! La soirée peut également être marquée par des feux de joie, des feux d'artifices, des jeux, la lecture de contes horrifiques ou le visionnement de films d'horreur. 
Personnellement, j'ai invité au chalet quelques uns de mes amis politiciens et ensemble nous allons nous raconter de belles histoires... 
Bouuuuuuuuuuu! 
VOIR ALBUM PHOTOS

mardi 30 octobre 2018

VISITE À LA SOCIÉTÉ DES ALCOOLS DU QUÉBEC...


VISITE À LA SOCIÉTÉ DES ALCOOLS... 
Par Bernard Bujold
De plus en plus les clients de la SAQ acceptent la proposition du préposé à la caisse de partir sans la facture papier... 
C’est une bien mauvaise idée! 
Personnellement je demande toujours la facture papier et samedi dernier cela m’a sauvé du désastre! 
En effet, en sortant d’une succursale SAQ rue Ste Catherine à Montréal (à côté du magasin de canabis...) je me suis fait intercepté par un type qui prétendait être un policier en civil et il disait que j’avais mis une bouteille de vin dans mon sac de magasinage Olgilvy... 
Il voulait que je le suive. 
Je ne croyais aucunement à son histoire de policier et je pensais plus à une attaque d’un fraudeur qui voulait me voler sur la rue! N’acceptant jamais l’invitation d’inconnu, j’ai refusé de le suivre et je lui ai demandé d’expliquer son accusation et il a alors demandé à voir la facture de mes achats de vin dans le sac que je transportais. Heureusement pour moi, j’avais le reçu papier dans le même sac.... 
Le prétendu policier (ou voleur de rue) est reparti broudouille dans sa chasse et moi libre avec mes bouteilles de vin! 
Imaginez, si je n’avais pas demandé la facture papier?
www.lestudio1.com